Alois – « Mints »

AlexPar Alex  •  29 Sep 2017 à 07:00  •  Albums  •   31 views

Si la série Stranger Things avait un équivalent sonore alors il se trouverait en partie dans la musique d’Alois. Mais il serait juste moins creepy. Cela vaut particulièrement pour les morceaux instrumentaux de leur premier album “Mints“.

L’univers des quatres musiciens rafraîchit comme la menthe. C’est facile. Je l’avoue. Mais je ne suis pas un mec drôle. Plus sérieusement, les guitares et les synthétiseurs s’entremêlent et forment une réelle identité musicale qui donne sa cohérence à l’album. La dream pop, nous la dévorons à toutes les sauces comme Gargantua depuis plusieurs années. C’est souvent faible. Mais c’est parfois très fort.

Où se situent Martin Schenker (voix, guit., synth.), Pascal Eugster (basse), Florian Schneider (batterie) et Lukas Weber (percussion) ? C’est toute la question. Il y a d’abord le léger c’est-le-printemps-top ‘Flowers’, puis le funkydaftpunkesque ‘Hey Girl’ sans les masques et enfin la solide basse et les voix volatiles de ‘Glacier’ c’est frais je vous dis. Ces trois morceaux sont rythmiquement très différents et prouvent qu’Alois n’est pas juste une formation de dream pop de plus.

Vous aurez compris qu’il y a quelque chose de spécial dans ce premier album. Disons qu’il penche plutôt du côté clair de la force et qu’il a le mérite de bêtement faire du bien. Et ce, non seulement par des arrangements classiques mais par une vraie créativité.

En concert

14. 10. : Trubebude, Schwyz
06. 11. : La Mine, Strasbourg (FR)
16. 11. : Albani, Winterthur
22. 11. : Centre Fries, Fribourg
23. 11. : L’Entre Deux, La Chaux-De-Fonds
24. 11. : Oxil, Zofingen
 

« Mints »

Alois

Red Brick Chapel
29 septembre 2017
 
Auteur:
Alex

De Brel à Fink en passant par Louis Armstrong et Sigur Ros, voilà ceux qui me marquent et touchent. La musique doit être un voyage, un envol et un rêve. Réveiller l’âme. Veiller l’être. Dévoiler le cœur.

Dans le même genre...

Orelsan est de retour et il n'hésite pas à frapper fort les instrus de son flow basique.

Un album qui est surtout une belle découverte. Lisez, écoutez et vous comprendrez.

Comment rebondir quatre ans après un "... Like Clockwork" bien dark? Réponse avec cette chronique...