Dan Gaarde, son cercueil et le psychobilly

PatrickPar Patrick  •  28 Mai 2015 à 16:04  •  Danemark  •   5 views

La légende veut que, dans un groupe, le bassiste reste dans l’ombre, qu’il soit le gaillard le plus discret de la troupe. Les Nekromantix ont décidé de faire autrement.

Ça manque un peu de rock ce mois sur le Danemark, vous ne trouvez pas? Un pays nordique sans un collectif qui claque des riffs c’est bizarre. On va rattraper notre retard vite fait avec Dan Gaarde, plus connu sous le pseudonyme de Kim Nekroman. Après avoir servi la marine nationale, il décide, en 1989, de choisir la voie musicale plutôt que la guerre. Bien lui en a pris.

Il fonde les Nekromantix qui, depuis, tournent un peu partout en Europe. Depuis 26 ans, il est le seul membre original d’une formation qui a vu pas moins de 17 personnes se succéder. Un tournus qui n’empêche pas les fans de rester fidèles au trio emmener par ce brave Dan.

Un cercueil en guise d’instrument

La particularité des Nekromantix ? Ils font du psychobilly. Genre musical né entre la fin des années 70 et le début 80, il s’agit d’un mélange entre du rockabilly, du punk, du surf-rock et tout ce que les différents groupes peuvent y ajouter. L’heure de gloire de ce style se situe à la fin des années 90. Tim Armstrong, alors leader de Rancid, crée sa propre maison de disque : Hellcat Records. Il y amène un peu tout ce qui se fait d’underground aux USA et ailleurs, tous les groupes avec qui il a joué et qui lui ont plu.

Dan Nekroman lui a tapé dans l’œil et c’est tout naturellement qu’il devient un des premiers à signer pour le label. Comment ne pas tomber sous le charme d’un frontman qui joue d’une contrebasse en forme de cercueil, vous en conviendrez.

Ce qui a fait la force des Nekromantix, c’est la capacité à donner un nouveau souffle au punk-rock en amenant ce côté psychobilly. Les Allemands tombent sous le charme, l’Europe suit et finalement les USA chavirent à leur tour. Ça swingue, rappelant tantôt les Clash et tantôt certaines sonorités plus originelles comme Johnny Cash ou Jerry Lee Lewis.

Une histoire de famille

Dan Nekroman a su s’entourer. En plus de Tim Armstrong qui lui a offert la reconnaissance internationale, le Danois a trouvé l’amour chez Patricia Day. Chanteuse des Horrorpops, autre groupe de psychobilly danois et également signé chez Hellcat. Le style vestimentaire années 50 et les sonorités d’antan se retrouvent.

Si les changements de line-up n’ont que rarement entamé la passion des fans. Aujourd’hui, le groupe est un peu dans le dur. La mode du psychobilly est quelque peu passée, les disques se vendent moins et le groupe n’est plus en tête de l’affiche. Restera à tout jamais cette image des Nekromantix dans la cave d’un squat de Bellevue au début du siècle. Un grand moment que je vous encourage à vivre à votre tour si l’occasion se présente.

Patrick

Un jour je chasserai la marmotte. En attendant j’écris bénévolement des articles sur des groupes obscurs pour me payer l’attirail nécessaire afin de réaliser mon rêve. La vie, c’est pas facile.

Dans le même genre...

MØ, c'est la nouvelle fierté danoise avec son électropop accrocheur. Il était temps, car on en a...

Le Danemark n'échappe pas à la musique électronique et compte, comme tout pays nordique qui se...

En ce mois de mai, on vous invite à découvrir la musique du plus petit pays de Scandinavie: le...